Compositrice dans l’ombre d’un frère : Fanny Mendelssohn (1805-1847)

Date : lundi 9 novembre 2020 - 14h30 - 16h00 - - 0

Conférence musicale par Roger Thoumieux, Historien de la musique

Fanny Mendelssohn est la sœur de Felix Mendelssohn-Bartholdy, l’éminent compositeur que l’on connaît. Sa petite enfance à Hambourg fut assombrie par la domination napoléonienne qui obligea la famille à fuir vers Berlin en 1811. Elle grandit cependant dans la sécurité d’un foyer familial très soudé.

Elle reçut son premier enseignement musical de sa mère puis étudia le piano avec d’excellents maîtres. On raconte qu’elle était capable de jouer par cœur à onze ans Le Clavecin bien tempéré de Jean-Sébastien Bach. Elle compléta également son instruction en suivant des cours de géographie et de physique.

En 1822, elle épousa le peintre Wilhelm Hensel avec qui elle voyagea à travers l’Italie, visitant en particulier Venise et Naples.

On a souvent affirmé que Fanny était aussi douée musicalement que son frère. Réputée pianiste de talent, elle fit quelques apparitions à Berlin. Puis, à la mort de sa mère en 1842, elle devint la figure centrale de la maison familiale et prit en main les concerts rituels du dimanche matin donnés à l’Orphelinat de Berlin. Elle fut emportée prématurément en 1847 par une crise d’apoplexie au cours d’un de ces concerts. Cela affecta profondément son frère qui la suivit peu de temps après dans la mort.

Très proche de lui et adoptant le même style de composition, elle écrivit une œuvre plutôt vaste, comportant des pièces pour piano, de nombreux Lieder inspirés par des poètes renommés de son temps, de la musique de chambre, mais aussi des cantates, des oratorios et des scènes théâtrales. Affectueux pour sa sœur et conscient de son talent, Felix ne s’est jamais opposé à ce qu’elle compose mais nuance de taille et source de frustration dramatique chez elle il n’a pas voulu la soutenir pour qu’elle se fasse publier, jugeant sans doute avec d’autres à l’époque que cela n’était pas convenable pour une femme.

On la met aujourd’hui au même rang que Clara Schumann, sa musique faisant l’objet d’assez nombreux enregistrements, même si elle n’est pas très fréquemment jouée au concert, du moins dans notre pays.

Roger Thoumieux