Du clavicorde au pianoforte

Date : samedi 22 février 2020 - 15h00 - 16h30 - - 0

Conférence musicale par Georges Kiss, claveciniste et conférencier

Au temps de Mozart (et de Karl-Philipp-Emmanuel Bach vieillissant), il se passe une révolution culturelle (presque) silencieuse : l’ère baroque est balayée par la musique galante tout d’abord, puis par le Sturm und Drang (tempête et passion) très vite.

Encore du vivant de Johann-Sebastian Bach, le changement se prépare, notamment au travers des propres fils du Cantor, Wilhelm-Friedemann, Karl-Philipp-Emmanuel, et, un peu plus tard, Johann-Christian.

Et toute cette évolution se trouve concrétisée par un instrument, le pianoforte : il réalise le désir des musiciens du temps, pouvoir faire des nuances, sur un instrument à clavier.

Ne pas nuancer le son, tel était justement le défaut funeste du clavecin, qui ne permettait que des variations sonores par plans, et non de façon progressive.

Durant les « années Mozart », la plupart des clavecinistes passent, de façon autodidacte, du clavecin au pianoforte. Mozart, dans son enfance, est représenté, à Paris par Carmontelle, jouant du clavecin. Quelques années plus tard, il écrira avoir été très séduit par un beau piano de Stein.

On est bien loin du père Bach, ayant vendu des pianoforte Silbermann à Leipzig, mais s’étant fâché avec ce facteur, pour avoir critiqué la qualité sonore de ses instruments.